Tourisme responsable en France : où en sont les pratiques ?

janvier 7, 2013 Aucun Commentaire »

Les français sont de plus en plus sensibles à leur impact écologique, notamment lorsqu’ils font du tourisme. Qu'est-ce que le tourisme responsable, comment se concrétise t- il en France ? Tour d'horizon sur les pratiques actuelles, pour la plupart en pleine expansion. D'après une récente étude de Harris Interactive (septembre 2012), les français seraient 84% à avoir entendu parler des termes comme eco-tourisme ou tourisme durable, et 20% considèrent l'avoir déjà pratiqué, chiffre intéressant pour une pratique plutôt récente.

Les enjeux du tourisme responsable en France

Tourisme responsable en France

Comment préserver notre patrimoine tout en favorisant le tourisme ?

Le tourisme responsable intéresse le plus grand nombre car les émissions de CO2 générées par le transport des voyageurs inquiètent les particuliers, mais aussi les communes qui voient leur patrimoine naturel et culturel altéré, et nécessitant par la suite plus de dépenses en rénovation. En plus des émissions de CO2, les défenseurs de l’environnement constatent une disparition de la faune et la flore effrayante dans les zones les plus touristiques, en France comme à l’étranger. On constate par ces inquiétudes un retour des Français vers des destinations plus modestes et un intérêt grandissant pour des nouvelles manières de voyager, chez l’habitant, à la rencontre d’une agriculture locale par exemple.
Le tourisme en général en France représente 900 000 emplois salariés, ce qui maintient une certaine pression sur la logique du secteur, ainsi les nouvelles idées de tourisme responsable en France doivent encore faire leur preuve en termes de bénéfice pour espérer déclencher un réel changement dans les pratiques.

Les idées qui marchent

Les activités qui font marcher le tourisme responsable

La randonnée est une des activités ciblées par les français intéressés par le tourisme responsable

Plusieurs tendances de tourisme responsable ont pu faire leurs preuves au fil des dernières années et permettent d’envisager un avenir plus clair. Le covoiturage par exemple est bien entré dans les moeurs. Ainsi récemment un site populaire de covoiturage est passé d’un service gratuit à un service payant permettant de pérenniser une entreprise de 32 personnes. Les avis diffèrent sur l’accessibilité au service, mais sa banalisation entraîne forcément une logique financière qu’il faut pouvoir satisfaire.
Des concepts de gîtes responsables sont aussi de plus en plus développés, notamment dans des régions plus écartées et plutôt agricoles. Un réseau de gîtes de ce type s’étend actuellement à travers toutes les régions de France et permet d’accueillir des voyageurs au sein d’installations agricoles respectueuses de l’environnement et éloignées des logiques productivistes qui ont cours dans le milieu.
Les activités de tourisme se tournent elles aussi vers ce secteur à l’éthique valorisante, souvent certifiées par des organismes type ATR (Agir pour un Tourisme Responsable). Ainsi la randonnée pédestre est un loisirs prisé par les citadins comme par les habitants plus ruraux et est une des activités les plus sollicitées pour son caractère responsable et respectueux de l’environnement. Dans cette logique, le développement de marques de vêtements durables pour la randonnée rencontre un véritable public de consommateurs.

En ce qui concerne la plongée sous-marine, le Grenelle de l’Environnement a inclus la protection des récifs coralliens dans ses priorités, ici encore le secteur est à saisir, sachant que la plongée représente une activité appréciée des français en vacances.

Laisser une réponse

*